MAINTENANCE 4.0 - 3ème Article Maintenance prédictive: Fiabilisation et Prédiction

Triangle Metier

Dans le cadre de notre série d’articles nous essayons d’éclairer un aspect de la maintenance 4.0.

Nous vous invitions à consulter les différents articles de la série."BIM et Usine du Futur : une réalité d’aujourd’hui" et "MAINTENANCE 4.0 : Notre Vision – Ses Enjeux

Anticiper les pannes grâce à l’agrégation et l’analyse des données de production. C’est la promesse de la maintenance prédictive. Près de 50 % des 220 industriels interrogés par "L’Usine Nouvelle" et KPMG disent déjà la mettre en place. La maintenance préventive, qui consiste à élaborer un calendrier des révisions, reste toutefois la forme de maintenance la plus plébiscitée (par 91 % des répondants). L’adoption du prédictif est plus lente, car elle requiert des compétences en numérique, notamment des spécialistes de la donnée. C’est d’ailleurs le principal frein cité par les décideurs. Ce type de méthode nécessite aussi l’implication des techniciens pour identifier les données pertinentes. Un enjeu que semblent avoir pris en compte les entreprises interrogées. Car elles sont 83 % à affirmer que leurs techniciens de maintenance sont décisionnaires ou donnent au moins leur avis sur la digitalisation.

 

 

Cette étude montre logiquement à quel point la disponibilité des équipements est essentielle pour les industriels. Mais plus intéressant est de voir que les deux tiers des entreprises (65 %) estiment qu’il s’agit d’une priorité pour améliorer leur performance. Et donc elles sont convaincues qu’elles ont beaucoup à gagner sur ce poste,  devant la réduction des coûts et l’amélioration de la qualité.

Parmi les différents outils de l’industrie du futur, ceux relatifs à la maintenance ont une place de choix. Ainsi, 83 % des sondés disent avoir déployé ou être en train de déployer une solution de gestion de maintenance assistée par ordinateur (GMAO), 78 % un outil de télémaintenance, 60 % de maintenance prédictive, bien devant la réalité virtuelle et augmentée (30 %) et l’impression 3D (34 %). Sans surprise, les grands groupes adoptent plus rapidement ces différents outils, contrairement aux petites structures, plus frileuses. D’autant que le retour sur investissement peut être relativement long,  trois à cinq ans selon 32 % des répondants.

On peut en tirer plusieurs enseignements :

  • Bien sur il faut d’abord mettre en place les basiques avant de se projeter sur des sujets plus pointus. Que la mise en place d’une GMAO fait partie de ces basiques et que bien l’exploiter apporte déjà beaucoup de valeur,
  • Que toute démarche digitale et l’implantation d’outils numériques prend du temps, que les organisations mettent du temps à se les approprier pleinement et bénéficier de tous les avantages induits
  • Qu’une GMAO peut facilement être complétée d’outils mobiles pour accompagner les techniciens de maintenance et élargir considérablement le retour et l’efficacité pour l’entreprise.
  • Que la qualité et le volume des données collectées sont des facteurs clés  pour faire de la maintenance prédictive et donc qu’il convient de mettre en place les bons process et outils en amont dès la mise en place de la GMAO et donc ne pas hésiter à se faire accompagner pour cela.

Nous reviendrons plus tard sur les enjeux et apports de l’IA et du Big Data pour la mise en place d’une vraie démarche de maintenance prédictive.

 

 

Nous proposons dans cette série d’articles d’éclairer à chaque fois un enjeu de la transformation numérique des métiers de la maintenance.

Dans le prochain article que nous publierons,  nous mettrons en lumière le thème de la Dématérialisation

Recent comments

Laissez un commentaire

Aucun commentaire n'a été posté pour le moment.

Add comment

Articles similaires

À lire également

Triangle Metier

WEBINAR AUTO'FIL

Une organisation permettrait-elle d'optimiser et harmoniser vos processus d'études afin de préserver vos marges et évoluer vers le BIM ?

https://www.youtube.com/watch?v=gupUk3hsEWk&t=378s

La continuité numérique et Industrie 4.0

Et si nous schématisions le concept d’abord?

Imaginez le cas d’une machine complexe dans une usine 4.0.

Vous avez besoin d’une vision complète de la composition du matériel, de l’information nécessaire à son exploitation et de tout son cycle de vie jusqu’à l’instant « t ».

De plus, les cahiers des charges des systèmes, demandent de plus en plus de s’engager sur un coût de maintenance.

Que faire ?

Il est évident que c’est impossible s’il y a une rupture de la continuité de l’information après la livraison, ou au cours de la vie de la machine…

Comment cela ?

Bim Elec 3ème article : L’automatisation du Routing de Câbles

Dans notre série d'articles BIM ELEC (Lire notre 1er  Article et 2ème  Artcile), nous avons planté le décor. Notre ambition en tant qu’acteur de ce marché, est de nous consacrer au métier de l'exploitation et comment aider dans la transformation digitale des entreprises.

La dématérialisation étant la première étape incontournable qui offre une meilleure gestion, facilite l’accès aux données et aux documents et apporte une valeur ajoutée au projeteur électricien, nous allons continuer de parler dans cet article du développement du routage automatisé.