MAINTENANCE 4.0 - BIM et Usine du Futur : une réalité d’aujourd’hui

Triangle Metier

Les concepts du BIM et de l’industrie « 4.0 » ou industrie « du futur » correspondent à l’hybridation entre les nouvelles technologies numériques et les métiers de l’industrie traditionnelle.  On parle de : Bâtiment Intelligent, Connecté, Usine 4.0, Usine du futur, Industrie du Futur, Cyberusine, Usine connectée, Industrie 4.0... Quelle que soit la terminologie  employée,  il s’agit d’une entité connectée, digitalisée, automatisée, robotisée.

A chaque maillon des chaines de production et d’approvisionnement, les outils et postes de travail communiquent en permanence grâce à Internet et aux réseaux virtuels. Machines, systèmes et produits échangent de l’information, entre eux ainsi qu’avec l’extérieur. En optimisant l’outil de production, les industriels espèrent produire plus rapidement, à meilleur coût et plus écologiquement. Il en va de même pour la construction et l’exploitation des bâtiments.

L’objectif de cette communication à tous niveaux est de créer de la valeur en augmentant et en améliorant considérablement la collaboration entre les clients, les employés et tous les acteurs de l’écosystème (fournisseurs ou partenaires des produits  et services délivrés). Cela ouvre de nouvelles opportunités de croissance et de gains de compétitivité.

Typiquement,  cela va permettre d’optimiser l’outil de production, et de répondre ainsi à des enjeux incontournables pour les industriels :

  • Produire plus rapidement
  • À meilleur coût
  • Avec une agilité plus importante.

Mais aussi d’offrir de nouveaux services, répondre aux nouvelles exigences des consommateurs et acheteurs :

  • plus de personnalisation, plus vite moins cher
  • passage du « j’achète » à « je paye à l’usage »
  • Disruption au travers de nouvelles plateformes numériques qui bouleversent les schémas établis.

Ainsi l’usine ou le bâtiment du futur est hyper connecté, flexible, ouvert sur l’extérieur mais surtout beaucoup plus centré sur l’humain.

En effet, pour faire face à ces nouveaux défis, l’industrie du futur ne se résume pas seulement à la digitalisation de l’outil de production. Elle touche la façon de s’organiser, de collaborer tant à l’intérieur des usines qu’à l’extérieur. Cela transforme en profondeur le travail industriel. C’est finalement contre toute attente plus une révolution sociale que technologique.

Par ailleurs, cette transformation n’a de sens que si elle est sous tendue par une vision stratégique ambitieuse voire même très ambitieuse. En ce sens la démarche d’Elon Musk est très éclairante.

ll devient essentiel que, les trois dimensions stratégique, organisationnelle et technologique, soient en cohérence  et alignées pour atteindre le succès dans la transformation numérique.

Le schéma suivant résume parfaitement les facteurs de succès

Les concepts du BIM et de l’industrie « 4.0 » ou industrie « du futur » correspondent à l’hybridation entre les nouvelles technologies numériques et les métiers de l’industrie traditionnelle.  On parle de : Bâtiment Intelligent, Connecté, Usine 4.0, Usine du futur, Industrie du Futur, Cyberusine, Usine connectée, Industrie 4.0... Quelle que soit la terminologie  employée,  il s’agit d’une entité connectée, digitalisée, automatisée, robotisée.

A chaque maillon des chaines de production et d’approvisionnement, les outils et postes de travail communiquent en permanence grâce à Internet et aux réseaux virtuels. Machines, systèmes et produits échangent de l’information, entre eux ainsi qu’avec l’extérieur. En optimisant l’outil de production, les industriels espèrent produire plus rapidement, à meilleur coût et plus écologiquement. Il en va de même pour la construction et l’exploitation des bâtiments.

L’objectif de cette communication à tous niveaux est de créer de la valeur en augmentant et en améliorant considérablement la collaboration entre les clients, les employés et tous les acteurs de l’écosystème (fournisseurs ou partenaires des produits  et services délivrés). Cela ouvre de nouvelles opportunités de croissance et de gains de compétitivité.

Typiquement,  cela va permettre d’optimiser l’outil de production, et de répondre ainsi à des enjeux incontournables pour les industriels :

  • Produire plus rapidement
  • À meilleur coût
  • Avec une agilité plus importante.

Mais aussi d’offrir de nouveaux services, répondre aux nouvelles exigences des consommateurs et acheteurs :

  • plus de personnalisation, plus vite moins cher
  • passage du « j’achète » à « je paye à l’usage »
  • Disruption au travers de nouvelles plateformes numériques qui bouleversent les schémas établis.

Ainsi l’usine ou le bâtiment du futur est hyper connecté, flexible, ouvert sur l’extérieur mais surtout beaucoup plus centré sur l’humain.

En effet, pour faire face à ces nouveaux défis, l’industrie du futur ne se résume pas seulement à la digitalisation de l’outil de production. Elle touche la façon de s’organiser, de collaborer tant à l’intérieur des usines qu’à l’extérieur. Cela transforme en profondeur le travail industriel. C’est finalement contre toute attente plus une révolution sociale que technologique.

Par ailleurs, cette transformation n’a de sens que si elle est sous tendue par une vision stratégique ambitieuse voire même très ambitieuse. En ce sens la démarche d’Elon Musk est très éclairante.

ll devient essentiel que, les trois dimensions stratégique, organisationnelle et technologique, soient en cohérence  et alignées pour atteindre le succès dans la transformation numérique.

Le schéma suivant résume parfaitement les facteurs de succès :

Source ORPEO

 

Ainsi  si la transformation numérique est inéluctable, ce n’est pas forcément une aventure simple et facile à appréhender, par contre les avantages sont considérables.

Recent comments

Laissez un commentaire

Aucun commentaire n'a été posté pour le moment.

Add comment

Articles similaires

À lire également

Triangle Metier
Maintenance et numerique

Le numérique au service de la maintenance

Le développement du numérique et des logiciels métier dans la gestion et la maintenance des équipements et/ou des bâtiments vous permettent aujourd’hui d’améliorer vos pratiques et vos performances au quotidien, grâce à des outils de contrôle et d’intervention numériques.

Gestion de projets installateurs electriques

3 leviers indispensables pour Installateurs électriques :

Pour regagner en efficacité et en compétitivité, il existe plusieurs leviers sur lesquels les structures d’études peuvent agir. L’optimisation des processus et des méthodes de travail (qui se préfigurent avec l’arrivée progressive des méthodes BIM) vont permettre aux professionnels de réaliser des projets plus rentables, s’ils anticipent leur transition dès maintenant.

article bim

Le BIM devient au fil des jours un élément central des échanges entre professionnels, avec l’intention affichée de prendre en compte le cycle de vie d’un bâtiment à toutes les étapes :

  • Lors de sa conception
  • Lors de sa construction
  • Lors de son exploitation.

 

Nul doute concernant l’implication du BIM dans ces deux premières étapes au vu des nombreux projets mettant en œuvre une maquette numérique. Par contre, il subsiste sans aucun doute un véritable champ d’exploration concernant le BIM Exploitation et les outils qui y seront dédiés.