MAINTENANCE 4.0 - BIM et Usine du Futur : une réalité d’aujourd’hui

Triangle Metier

Les concepts du BIM et de l’industrie « 4.0 » ou industrie « du futur » correspondent à l’hybridation entre les nouvelles technologies numériques et les métiers de l’industrie traditionnelle.  On parle de : Bâtiment Intelligent, Connecté, Usine 4.0, Usine du futur, Industrie du Futur, Cyberusine, Usine connectée, Industrie 4.0... Quelle que soit la terminologie  employée,  il s’agit d’une entité connectée, digitalisée, automatisée, robotisée.

A chaque maillon des chaines de production et d’approvisionnement, les outils et postes de travail communiquent en permanence grâce à Internet et aux réseaux virtuels. Machines, systèmes et produits échangent de l’information, entre eux ainsi qu’avec l’extérieur. En optimisant l’outil de production, les industriels espèrent produire plus rapidement, à meilleur coût et plus écologiquement. Il en va de même pour la construction et l’exploitation des bâtiments.

L’objectif de cette communication à tous niveaux est de créer de la valeur en augmentant et en améliorant considérablement la collaboration entre les clients, les employés et tous les acteurs de l’écosystème (fournisseurs ou partenaires des produits  et services délivrés). Cela ouvre de nouvelles opportunités de croissance et de gains de compétitivité.

Typiquement,  cela va permettre d’optimiser l’outil de production, et de répondre ainsi à des enjeux incontournables pour les industriels :

  • Produire plus rapidement
  • À meilleur coût
  • Avec une agilité plus importante.

Mais aussi d’offrir de nouveaux services, répondre aux nouvelles exigences des consommateurs et acheteurs :

  • plus de personnalisation, plus vite moins cher
  • passage du « j’achète » à « je paye à l’usage »
  • Disruption au travers de nouvelles plateformes numériques qui bouleversent les schémas établis.

Ainsi l’usine ou le bâtiment du futur est hyper connecté, flexible, ouvert sur l’extérieur mais surtout beaucoup plus centré sur l’humain.

En effet, pour faire face à ces nouveaux défis, l’industrie du futur ne se résume pas seulement à la digitalisation de l’outil de production. Elle touche la façon de s’organiser, de collaborer tant à l’intérieur des usines qu’à l’extérieur. Cela transforme en profondeur le travail industriel. C’est finalement contre toute attente plus une révolution sociale que technologique.

Par ailleurs, cette transformation n’a de sens que si elle est sous tendue par une vision stratégique ambitieuse voire même très ambitieuse. En ce sens la démarche d’Elon Musk est très éclairante.

ll devient essentiel que, les trois dimensions stratégique, organisationnelle et technologique, soient en cohérence  et alignées pour atteindre le succès dans la transformation numérique.

Le schéma suivant résume parfaitement les facteurs de succès

Les concepts du BIM et de l’industrie « 4.0 » ou industrie « du futur » correspondent à l’hybridation entre les nouvelles technologies numériques et les métiers de l’industrie traditionnelle.  On parle de : Bâtiment Intelligent, Connecté, Usine 4.0, Usine du futur, Industrie du Futur, Cyberusine, Usine connectée, Industrie 4.0... Quelle que soit la terminologie  employée,  il s’agit d’une entité connectée, digitalisée, automatisée, robotisée.

A chaque maillon des chaines de production et d’approvisionnement, les outils et postes de travail communiquent en permanence grâce à Internet et aux réseaux virtuels. Machines, systèmes et produits échangent de l’information, entre eux ainsi qu’avec l’extérieur. En optimisant l’outil de production, les industriels espèrent produire plus rapidement, à meilleur coût et plus écologiquement. Il en va de même pour la construction et l’exploitation des bâtiments.

L’objectif de cette communication à tous niveaux est de créer de la valeur en augmentant et en améliorant considérablement la collaboration entre les clients, les employés et tous les acteurs de l’écosystème (fournisseurs ou partenaires des produits  et services délivrés). Cela ouvre de nouvelles opportunités de croissance et de gains de compétitivité.

Typiquement,  cela va permettre d’optimiser l’outil de production, et de répondre ainsi à des enjeux incontournables pour les industriels :

  • Produire plus rapidement
  • À meilleur coût
  • Avec une agilité plus importante.

Mais aussi d’offrir de nouveaux services, répondre aux nouvelles exigences des consommateurs et acheteurs :

  • plus de personnalisation, plus vite moins cher
  • passage du « j’achète » à « je paye à l’usage »
  • Disruption au travers de nouvelles plateformes numériques qui bouleversent les schémas établis.

Ainsi l’usine ou le bâtiment du futur est hyper connecté, flexible, ouvert sur l’extérieur mais surtout beaucoup plus centré sur l’humain.

En effet, pour faire face à ces nouveaux défis, l’industrie du futur ne se résume pas seulement à la digitalisation de l’outil de production. Elle touche la façon de s’organiser, de collaborer tant à l’intérieur des usines qu’à l’extérieur. Cela transforme en profondeur le travail industriel. C’est finalement contre toute attente plus une révolution sociale que technologique.

Par ailleurs, cette transformation n’a de sens que si elle est sous tendue par une vision stratégique ambitieuse voire même très ambitieuse. En ce sens la démarche d’Elon Musk est très éclairante.

ll devient essentiel que, les trois dimensions stratégique, organisationnelle et technologique, soient en cohérence  et alignées pour atteindre le succès dans la transformation numérique.

Le schéma suivant résume parfaitement les facteurs de succès :

Source ORPEO

 

Ainsi  si la transformation numérique est inéluctable, ce n’est pas forcément une aventure simple et facile à appréhender, par contre les avantages sont considérables.

Recent comments

Laissez un commentaire

Aucun commentaire n'a été posté pour le moment.

Add comment

Articles similaires

À lire également

Triangle Metier

La continuité numérique et Industrie 4.0

Et si nous schématisions le concept d’abord?

Imaginez le cas d’une machine complexe dans une usine 4.0.

Vous avez besoin d’une vision complète de la composition du matériel, de l’information nécessaire à son exploitation et de tout son cycle de vie jusqu’à l’instant « t ».

De plus, les cahiers des charges des systèmes, demandent de plus en plus de s’engager sur un coût de maintenance.

Que faire ?

Il est évident que c’est impossible s’il y a une rupture de la continuité de l’information après la livraison, ou au cours de la vie de la machine…

Comment cela ?

Bim Elec 3ème article : L’automatisation du Routing de Câbles

Dans notre série d'articles BIM ELEC (Lire notre 1er  Article et 2ème  Artcile), nous avons planté le décor. Notre ambition en tant qu’acteur de ce marché, est de nous consacrer au métier de l'exploitation et comment aider dans la transformation digitale des entreprises.

La dématérialisation étant la première étape incontournable qui offre une meilleure gestion, facilite l’accès aux données et aux documents et apporte une valeur ajoutée au projeteur électricien, nous allons continuer de parler dans cet article du développement du routage automatisé.

Enjeux de la continuité numérique dans le câblage embarqué

Aujourd’hui, dire que les systèmes électriques ont pris une importance considérable dans les systèmes embarqués est devenu une banalité. A tel point que dans l’aéronautique, le câblage est devenu un sous- système à part entière nécessitant une certification.

Par ailleurs, les enjeux de compétitivité industrielle, l’évolution de la supply chain, la mondialisation des marchés font qu’il est devenu difficile de concevoir et produire au même endroit. La chaine de sous-traitance est importante voire multiple sur de nombreux niveaux.